[Critique]_Ludovic Chemarin© : une tentation entre incorporation, inclusion et immersion

Ce texte est une réflexion critique sur le projet Ludovic Chemarin©. Il fait suite à mon intervention intempestive, en remplacement de Damien Beguet, au colloque L’appropriation inventive et critique, le 21 octobre 2016 à La Colonie à Paris. Il tente un prolongement de ma première critique (voir Ludovic Chemarin©. « Identités » ) en expérimentant une dialectique avec la notion d’appropriation. Il ouvre ainsi à de nouvelles perspectives n’offrant aucune réponse ni théorie sur le projet, mais de multiples questions librement laissées à leur appropriation par d’autres voix/voies possibles.

*

visuel_fiche_19_ld

Actes du colloque « Appropriation inventive et critique ». Direction : Jacinto Lageira, Gaëtane Lamarche-Vadel. 21 octobre 2016, La Colonie, Paris.

L’appropriation est un phénomène à double face : négatif, quand il est un moyen de s’accaparer des biens, des territoires, des pouvoirs, mais positif, quand il est un processus de recyclage qui réactualise ce qui a été oublié. Dans les années 1960, les artistes s’approprient des objets usuels qu’ils transforment, révélant la puissance inventive du quotidien. Dans le domaine architectural et urbain, durant la deuxième moitié du XXe siècle, l’appropriation s’est développée contre des conceptions fonctionnalistes et autoritaires de l’espace, générant des projets collectifs qui refusaient de dissocier l’habitat de l’habiter. Au tournant du siècle, le déficit persistant de logements, la globalisation, les flux migratoires, l’urgence écologique suscitent de nouvelles pratiques appropriatives de l’espace et du temps qui sont regardées comme des pôles de résistance, ou des embryons de villes futures. D’informelle et adventice, l’appropriation devient un ressort de l’économie de la postproduction. Le recyclage relance l’activité urbaine et architecturale, qui emprunte à l’art ses procédés. L’appropriation ne connaitrait pas un tel succès si les artistes n’avaient eux-mêmes explorer et exploiter tous ses possibles, que le web démultiplie ensuite. L’internet va servir d’accélérateur aux appropriations tous azimuts et obliger les lois sur la propriété intellectuelle à s’amender.

>>> TÉLÉCHARGER LE TEXTE <<<

18595314_1441754202567638_5983441174659270827_o
Vue de l’exposition Ludovic Chemarin©. Principes de réalité, chapitre 1”, Frac Paca. Photographie : Jean-Christophe Letten
18588804_1441754545900937_8388574046682247785_o
Vue de l’exposition Ludovic Chemarin©. Principes de réalité, chapitre 1”, Frac Paca. Photographie : Jean-Christophe Letten

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :